Principaux symboles

Les symboles sont vivants. Ils expriment ce à quoi ils se rattachent. Les prédateurs de l’Humanité en ont abusé, tout en en détournant les individus afin qu’ils ne saisissent pas leur importance. Le symbole est l’une des trois composantes de l’existence au sens le plus profond du terme, associé au nom et à la forme. Le symbole est le langage même de l’inconscient puisque le rêve est ainsi exprimé. En réalité, tout est symbole…

Tout est symbole. Si le langage parle à l'esprit, le symbole, lui, parle à l'âme. Là où les mots renvoient à des choses ou à des concepts, par le biais de la raison, le symbole lui, fait appel à l'émotion ; il fait vibrer en chacun des sensations inconnues, des souvenirs oubliés et il en dévoile les correspondances profondes et véritables.

Eric Giacometti (L'Empire du Graal)

Le symbole le plus fondamental de l’Archimagisterium, est son drapeau, ses « couleurs », également connu sous le nom particulièrement fort de sens, de « Bannière de l’Unité », car sous ses couleurs les peuples se rassemblent et s’unissent en tant que le seul et unique peuple, soit-il multicolore, du Royaume de Terremère-Gaïa.

Néanmoins, au-delà de cet étendard pour le moins emblématique, les différents symboles Archimagistéraux, donc tout particulièrement paradigmatiques, se confondent avec le mode même de la Gouvernance d’Âge de Diamant que représente l’Archimagisterium lui-même.

Parmi eux, les plus courants de la symbolique et donc aussi de la culture Archimagistérale, nous comptons les suivants :

Le "Pentagramme Triangulé" ou "Pentatri"
Il est le symbole même du nouveau paradigme: l’Archimagistère. Il représente l’Homme équilibré inclus à la dynamique évolutive croissante, compris au centre de l’univers.
Le Dorygramme, ou "Sylcalidore Orthodol"

Il est à la fois le symbole de la Noblesse et celui de la Droiture, toutes deux Orthodoles. Il représente le meilleur possible en l’Être Humain en tant que la référence absolue en terme de positionnement intérieur. Il se trouve généralement associé au « Pentatri » afin de cumuler la portée des deux symboles s’intriquant l’un l’autre.

Le cygne

Il est le symbole de l’Absolu lui-même, mais aussi celui de la conscience qui s’élève au-dessus de la pesanteur mentale afin de rejoindre cette même condition d’Absolu.

La Conscience est la boussole de l’Amour-Force. Elle est le cygne sur le dos duquel Il s’envole. Le Cœur est le ciel d’azur dans lequel se plonge l’Esprit, et à partir duquel toute chose est perçue.

ILADILYAS-MOUATTIB
Le cerf
Il est le symbole de l’engagement au sein du corps des Archalchimistes dont il est l’emblème, ainsi que la grandeur et l’honneur attachés à cette condition. Il symbolise donc également la seconde Maison d’Honneur de la Noblesse de l’Âge de Diamant et l’Archalchimie elle-même.
L’Etoile dite "d’OMKARA" ou "d’OMKARAPARAOMKARA"

Il est le symbole de l’Âge de Diamant et de la Conscience de l’Absolu (sens du chiffre 8) incarné au sein du monde des Hommes, partageant en tous points leurs conditions. Il est habituellement représenté combiné avec un autre symbole en son centre en fonction de l’orientation choisie pour le sens à lui faire alors évoquer, en plus du sien propre. Ce symbole est en outre celui, alchimique et relativement méconnu, de la résurrection.

Le phénix

Il est non seulement le symbole de la mort et de la renaissance, mais aussi et surtout, dans le contexte qui nous intéresse, celui du perpétuel renouvellement par adaptation et évolution de la forme de toute chose, autant que du renoncement au passé pour ouvrir les diverses perspectives à venir. En outre, il est aussi le symbole personnel du Hiérodarque. Cet animal mythique est souvent représenté comme ayant deux têtes, signifiant le caractère indissociable du Couple Sacré, le Hiérodarque ayant partagé son propre symbole avec sa contrepartie féminine.

L'arc-en-ciel

Il est le symbole de l’Âge de Diamant et de l’Unité en tant que valeur (en fait, davantage de l’unification, donc de l’Unité dans sa version dynamique), et recèle une importance majeure dans le cadre du renouveau paradigmatique. Tourné en dérision par les civilisations esclavagistes, la puissance purificatrice de son rayonnement est indéniable dans le contexte de certains climats vibratoires particulièrement pollués. Il est également l’un des symboles majeurs du « Merveilleux » élevé au rang du sacré.

L'Etoile du Chaos Orthodol

Particulièrement emblématique des symboles arrachés des mains de l’Ennemi, l’étoile du chaos, représentée ici dans sa version « solaire » officielle, est le symbole de l’état à partir duquel de nouvelles dynamiques évolutives peuvent être créées après épuisement du potentiel des précédentes. Néanmoins toutes les représentations des huit flèches partant dans des directions opposées, sont rattachées au sens comme à la portée de ce symbole dans sa représentation « Orthodole ».

Le Shri-Yantra Orthodol

Le Shri Yantra est un symbole très connu des orientalistes. Considéré comme un très grand symbole d’évolution spirituelle, il était en réalité le support des plus infâmes ignominies et de nombre de pièges quasi-imparables sur le chemin de l’évolution de l’âme. Le réattribuer à son camp légitime, l’arrachant des mains des Bön-Po, « sages » pervertis de l’Inde obscure, n’a pas été aisé. Aujourd’hui parfaitement assaini, il accorde enfin réellement les bienfaits qu’on lui prête.

Les trois "Forces" de l'Âge de Diamant

La notion de « Force » devient absolument centrale, et les trois recensées comme officielles, bien qu’on puisse parfaitement les considérer comme étant adéquates en toutes circonstances et à tous égards, sont celles de l’Amour-Force (symbolisé par la couleur rose-saumon), la Compassion-Force (couleur jaune-or), et l’Humilité-Force (couleur bleu-roi). La forme géométrique du « triqueta » est un symbole appartenant à l’univers du celtisme, ô combien perverti en Âge de Fer, mais restitué dans sa plus haute dignité, en hommage, d’une part, aux consciences de la Nature nous étant TOUTES ralliées à présent, et à celui, d’autre part, à ce ralliement lui-même, le Triqueta  est désormais élevé au rang des symboles majeurs du paradigme Archimagistéral, en tant que pont indéfectible entre la Hiérodarchie et le « Petit Peuple ».

Le blason du Couple Sacré

Ce blason est en réalité celui, officiel, de la Hiérodarchie, mais attribué de fait au Couple Sacré puisque le Hiérodarque (et Hiérégal en Âge de Diamant) et l’Adishaloriss en sont les incarnations-mêmes. Ce blason synthétise l’essentiel des symboles les plus déterminants, propres à l’essence même de l’Archimagisterium, comme le « phénix bicéphale flamboyant », représentant l’unité transcendante du Couple Sacré (le UN sans second), la licorne, désignant l’Adishaloriss, et le griffon, désignant le Hiérodarque.

Le GOL

Ce symbole représente une notion aussi fondamentale que déterminante dans le panel de la symbolique Archimagistérale dans la mesure où il est mis en connexion avec ce qui se trouve être la source primordiale de l’essence-même de l’Absolu: le Féminin Sacré, symbole aussi de l’impervertibilité elle-même. On retrouve ce symbole au centre de l’étendard qui porte le Sigil de la Suprématie Orthodole, tel que représenté ci-après.

Le Sigil de la Suprématie Orthodole

Ce symbole, comme son nom l’indique, est celui de la suprématie accordée de fait à la notion de ce qui est « Orthodol » propre à la droiture éponyme. Il est généralement représenté sur fond bleu nuit sous forme d’étendard, et est arboré lorsque le rappel de cette suprématie est nécessaire, voire indispensable, raison pour laquelle, quand bien même à titre officieux, la section spéciale de l’Ordre des Purificatrices au sein de la Pracandhasenamukha, l’Imatoya, se l’est en quelque sorte et prioritairement attribué, cette section étant la garante de son indéfectible respect.

Il en existe beaucoup d’autres, mineurs, contextuels ou combinés avec d’autres, mais les symboles les plus essentiels et les plus déterminants en termes de sens sont ceux qui sont présentés ci-dessus.

Retour haut de page