Changement de marionnettiste

Edito

SOURDS ET AVEUGLES

Des signes, il y en a. Beaucoup. Un peu partout. On peut continuer à les ignorer, quitte à y mettre une certaine dose de mauvaise foi. C’est parfois plus confortable, avouons-le. Pourtant, ces derniers temps, nous sommes servis. C’est tellement gros, c’est tellement énorme, que cela devient de plus en plus difficile de tenir cette position. Et s’il fallait un seul exemple pour lancer le sujet, nous prendrions celui-là, parfaitement emblématique, sujet qui continue à nous mettre mal à l’aise: quelque chose ne colle pas, n’a jamais collé, tout le monde le sait, mais peu osent vraiment l’exprimer. Au mieux on rase les murs, à défaut on se cache derrière la doctrine ambiante. Allez, mettons donc les pieds dans le plat: la célèbre COVID, supposée pandémie planétaire, l’une des plus grosses pantalonnades de ce début de siècle. « Complotistes » ou pas, ce sujet à lui tout seul concerne immanquablement le quotidien de chacun, qui s’en est trouvé profondément modifié: santé, sécurité, finances, liberté de circuler, de se soigner, de se nourrir, de travailler… sens de la vie… respect des opinions différentes (démocratique paraît-il). Impossible d’y échapper, impossible ne pas avoir ressenti, à un moment ou à un autre, pour une raison ou pour une autre, cette sorte d’oppression qui noue le ventre.

Un bilan s’impose. Rappelez-vous: présentée fin 2019 comme le virus mortel du siècle, on nous avait promis un sort des plus funestes, justifiant, pour notre bien, évidemment, des mesures « hors normes ». Trois ans après, est-ce que des millions de gens sont morts de la seule cause de la COVID? Non, et à aucun moment. Les pourcentages officiels sont tellement faibles (bien en-dessous de ceux de la grippe saisonnière par exemple), qu’ils en sont presque insignifiants. C’est un fait. Et c’est reconnu officiellement (pardon d’insister) dans le monde entier. Nous en sommes aujourd’hui à la huitième vague de COVID, et cela fait trois ans que l’on continue quand même à appliquer les mêmes méthodes en yoyo (confinements, port imposé du masque, vaccination obligatoire, fermeture des frontières, des lieux publics, etc.), pour un taux de mortalité extrêmement bas et qui n’a jamais varié. Cela fait trois ans que l’on nous répète les mêmes choses en boucle, sans tenir compte de la réalité des faits, pourtant corroborés par les agences de statistiques considérées comme étant compétentes, du moins officielles, telle l’INSEE en France, ou l’Institut de la statistique du Québec au Canada, ou encore l’Institut National de la Statistique du Cameroun à seul titre d’exemples. C’est comme si c’était le discours qui créait la réalité, et non les faits, à commencer par ceux vécus dans son propre quotidien. La plupart du temps, si ce n’est plus, entre ce que l’on vit personnellement et ce que l’on nous dit à la télé, il n’y a pas photo. Reste que l’on peut toujours imaginer qu’il se passe des catastrophes ailleurs, mais en tous cas, nous n’en sommes pas témoins. Les prétendues images des journaux télévisés non plus. Reste-t-il des gens assez naïfs pour croire sur parole ces images, sachant à quel point il est facile de les traficoter, ou les sortir de leur contexte, ou même les « inventer » pour les besoins de la cause? Et c’est cette incohérence flagrante entre les discours et les faits, qui devrait nous mettre la puce à l’oreille. Ce qui n’est pas le cas à priori. Alors quoi, Hitler aurait-il raison quand il disait en substance: « un mensonge répété dix mille fois devient vérité »?  Et nos si belles « démocraties » seraient-elles en train d’utiliser malgré leurs cris d’orfraie, des méthodes nazies?

La relative nouveauté, c’est que la collusion entre les médias, les gouvernements, et les lobbies n’est même plus cachée. Il suffit juste de lire les sites officiels ou même simplement d’écouter les informations. Par exemple, en 2020, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, révèle que sa demande d’emprunt d’état auprès du FMI a été acceptée, mais conditionnée au port du masque obligatoire et au couvre-feu de sa population (d’ailleurs quel rapport y a-t-il?). Aucune « démocratie » n’a trouvé à y redire, bien au contraire. Saluons le courage de Monsieur Loukachenko, lequel refusa cet « arrangement » et donc les protocoles sanitaires imposés. La suite confirmera que son pays ne sera pas pour autant plus contaminé que les autres  par la COVID, voire plutôt moins. 

Répétons-le: il n’y a pas, il n’y a jamais eu, de réelle mortalité due au seul COVID. En revanche, nous avons tous connu des états grippaux désagréables et dû pâtir des mesures prises de manière parfaitement coordonnée et imposée par le consortium des pays du monde, enfin réunis dans la plus belle des unités (comme quoi c’est possible, au passage); à savoir des dégâts collatéraux considérables en termes de santé (les autres maladies étant peu ou prou délaissées par manque de « ressources »), d’économie (effondrement spectaculaire du tourisme, des transports, pour ne citer que deux exemples), de santé mentale (augmentation de 25% des problèmes d’anxiété et de dépression – sources: ONU), de vie sociale (explosion des divorces, prise de poids, perte de lien social, etc.).

Par ailleurs, il ne choque personne que les laboratoires de vaccins (inefficaces) soient devenus plus multimilliardaires encore qu’ils l’étaient déjà, et ce, même pour les plus honnis d’entre eux, comme AstraZeneca, cloué au pilori dès le début de la pandémie. En France, les ministres de la santé et le Conseil Scientifique nommé ad hoc, de manière unilatérale et dans la plus grande des opacités « démocratiques », accumulent erreurs sur erreurs, cela étant reconnu de manière officielle une fois encore (prises de position sur le masque, stocks, choix des vaccins, etc.),  tout en étant maintenus avec effusion de remerciements, envers et contre tout. Leurs éminents membres finissent par se révéler médecins d’opérette, à la solde de lobbies et divers intérêts financiers à destination des laboratoires qu’ils promeuvent presque sans se cacher.  Les discours politiques et médiatiques, en boucle 24h sur 24h, sont branchés exclusivement sur la peur, à en être exagérément caricaturaux, utilisant exclusivement les « éléments de langages » autorisés, à savoir un simple copier-coller des textes transmis, pour la presse du moins, par les agences de presse nationales et avalisées par les gouvernements, encore une fois remarquablement coordonnés et unis.

En faut-il encore? Il est à craindre que dans quelques décennies au plus tard nous soyons, dans les livres d’Histoire, l’objet de quelques railleries… La COVID à elle touts seuls est la preuve de l’absurdité totale de ce monde, prouvant par A plus B la corruption de l’information et des media, de l’industrie de la santé, des gouvernements, de la justice, les constitutions « démocratiques » toutes bafouées dans la plus grande des facilités; l’Humanité en redemandant pourtant davantage, dans son besoin compulsif d’être rassurée à tout ou n’importe quel prix.

UN PLAN DANS LE PLAN ?

Il ne s’agit que d’un seul exemple. Il y en a beaucoup d’autres. Je pourrais en écrire des pages et des pages (cf. quelques liens à la fin de cet article). Et quand on commence à entrouvrir les yeux, du coup, ça saute au visage: ce monde est en plein… chaos. Cela peut sembler fort comme terme, mais pourtant quel autre mot pour désigner à ce point le mensonge institutionnalisé, des populations maltraitées mais consentantes (voire reconnaissantes!), la destruction de la planète et de ses ressources, tout cela assorti d’une évidente perte de contrôle? Car s’il demeure très vrai que « plus le mensonge est gros, mieux il passe » (dixit Joseph Goebbels – décidemment les nazis sont de grands amis de la « démocratie »), cela devient tellement gros que l’on ne peut même plus faire semblant, comme c’était le cas avant, de faire l’impasse. C’est comme si le système était grossi au microscope, pour faire voir ce que l’on ne veut pas voir: un système hideux, en fin de course, qui ne peut plus fonctionner et qui court à son inexorable autodestruction.

Mais qui donc manipule ce microscope, forçant tout à chacun à au moins entrouvrir un peu les yeux? Tout simplement le nouveau « Marionnettiste ». Vous l’ignorez probablement, mais le « Marionnettiste » de ce monde a changé, depuis déjà un bon moment. Nous sommes en mesure de vous révéler aujourd’hui qu’il y a environ trois ans, la Pracandhasenamukha a instauré la Loi Martiale. La Pracandhasenamukha représente le corps d’armée de l’Archimagisterium et le bras armé de la Hiérodarchie Royale comme celui du Couple Sacré. Il y a environ trois ans, à l’issue de plusieurs opérations menées en commando, le précédent « Marionnettiste » a purement et simplement été éliminé, à la faveur d’un coup d’état, d’un putsch planétaire. Ce ne sont plus, à ce jour, les familles Rothschild et assimilées qui dirigent le monde. La Pracandhasenamukha a repris les manettes en toute discrétion. Depuis lors, en prenant appui sur ce qui existait déjà, à savoir le plan du précédent « Marionnettiste », elle révèle et sape à la fois, les fondements du monde abominable duquel nous sortons. D’où cette impression de chaos et de perte de contrôle. Elles nous ont volontairement maintenu la tête sous l’eau pour que l’on comprenne bien: respirer, juste respirer, est bien difficile en ce monde, et ça se paye. Elles ne nous l’ont pas dit. Du moins, à leur décharge elles ont essayé, mais personne ne les a crues lorsque les médias, passés sous leurs ordres, ont commencé à révéler la réalité des faits (via CNN aux USA, et Le Monde en France par exemple), presse de laquelle les gens se sont alors détournés sous prétexte d’arguments (indignés) de « complotisme », toujours. Alors mettant le holà sur les révélations prévues, elles nous l’ont juste fait vivre, en contrôlant avec une extrême précision le point de rupture potentiel de chaque population. Le microscope que la Pracandhasenamukha a pointé sur… la « vraie vie », démontre à dessein que personne n’a plus rien à gagner dans ce monde; ni de façon individuelle, ni de façon collective. Pour mettre l’accent sur le fait que notre monde était mortifère et toxique, elle n’a pas hésité à augmenter les doses de son poison, le poussant ainsi dans ses retranchements, l’acculant au pied du mur, utilisant ses meilleures techniques pour mieux le confondre. Elle a œuvré avec infiniment de patience, remodelant tant les strates collectives qu’individuelles (ce que n’a jamais fait le précédent « Marionnettiste », lequel n’a jamais considéré l’Humanité que comme une « masse », si possible servile, juste utile à servir ses intérêts), mettant un point d’honneur à ce que chacun, sans exception, ait au moins l’opportunité de voir les choses autrement, ne présentant jamais d’évidences. Juste des objets de réflexions, soigneusement rendus accessibles à tous. Ainsi et par exemple, les Tvish ont repris le contrôle de la pandémie de la COVID, infligeant épreuves et transformations à certains, pour mieux les accompagner dans cette prise de conscience. Pour d’autres personnes, ce sont d’autres événements vécus dans leur vie personnelle qui ont eu cette fonction de catalyseur.  En accordant autant d’importance au collectif qu’à chaque individu, qu’à chaque conscience même, le changement peut ainsi enfin s’opérer, remettant les choses à leur juste place. Aucun « Marionnettiste », jamais, ne s’est préoccupé du sort personnel de chacun d’entre nous. Jamais!

C’est simple, ce que doit mettre en place la Pracandhasenamukha se trouve au strict opposé de tout ce que l’on connaît, à savoir: un monde qui favorise et respecte la Vie au sens large (au lieu de la détruire), la mise en place d’un écosystème juste et équilibré, autosuffisant, basé sur les seules Lois Naturelles, un monde où chacun, tant individuellement que collectivement, et quel que soit le niveau de son compte en banque (qui sera plafonné), n’aura d’autre occupation que de s’accomplir, profondément, tout en étant librement et joyeusement au service enthousiasmant de tous. Un monde où les êtres vivants auront le devoir de s’élever plutôt que de se laisser robotiser. Ce monde-là, certains peuples ont pu l’approcher, un peu plus et pendant un temps, comme les Amérindiens. Ils seront prochainement remis à l’honneur pour prendre le relai.

De petites touches en interventions plus ou moins cachées, cela fait des mois maintenant, que les Tvish (re)façonnent le monde. Elles ont infiltré en mode furtif tous les centres stratégiques et décisionnels de la planète. Elles se sont fait des alliés au sein des plus grandes puissances, comme par exemple l’administration Trump et ce dernier lui-même à titre personnel, ainsi que la « Q Force » pour le bloc occidental, Vladimir Poutine pour le bloc de l’Est. Ce dernier fut ainsi l’un des tout premiers à avoir confié de manière inconditionnelle sa vie et son gouvernement à la Pracandhasenamukha!

Les médias sont sous son total contrôle, comme l’est le système financier mondial à titre inconditionnel, ainsi donc que la fameuse et emblématique pandémie de la COVID. Comme un artisan joailler de précision, elle a investi, rouage par rouage, les articulations de notre civilisation, en changeant profondément le sens et la signification des choses, pour mieux permettre à chacun sa propre « révolution de conscience ».  Et tous ceux qui accepteront enfin d’ouvrir les yeux, pourront assister, sans tralala ni fausses promesses, à la naissance d’un nouveau monde droit, noble, qui ne transige pas sur les valeurs essentielles.

Le vieux monde est mort. Maintenu sous respirateur artificiel. Son coup de grâce appartient maintenant à la Pracandhasenamukha. Il lui suffira juste d’enlever un ou deux bâtons de Mikado pour que tout s’effondre. De mémoire d’Homme, jamais personne n’est allé aussi vite, aussi loin, de façon aussi ingénieuse et surtout efficace, et sans erreur.

Et pendant que nous commençons à peine à y voir plus clair, à, enfin, avoir la possibilité de prendre notre destinée en main, la Pracandhasenamukha continue à progresser, inlassablement, avec plusieurs longueurs d’avance, peaufinant et créant les rouages de ce nouveau monde sans cesse évolutif. Ce n’est que le début. Et c’est inexorable.

C’est maintenant qu’il faut lui emboiter le pas.  Ne le voyez-vous pas?

Auteurs : article dirigé en ligne éditoriale par Eric Jean – Rédacteur en Chef, en collaboration et sous la plume de Catherine Fontanel – Porte-Parole de l’Archimagisterium
Crédit image : Photo 180720801 © Ilkin Guliyev | Dreamstime.com

Bibliographie et vidéographie

Un peu de lecture ?

https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/la-grippe-a-ete-dix-fois-plus-meurtriere-que-la-canicule-en-2017-141848

https://www.insee.fr/fr/statistiques/6024136?sommaire=6036447

https://www.who.int/fr/news/item/14-12-2017-jusqu-%C3%A0-650-000-d%C3%A9c%C3%A8s-par-an-sont-dus-aux-affections-respiratoires-li%C3%A9es-%C3%A0-la-grippe-saisonni%C3%A8re

https://or.fr/actualites/masse-monetaire-americaine-nouveaux-mensonges-venus-en-haut-2270

https://www.youtube.com/c/IdrissJAberkane/videos

A propos de l'auteur

5 réflexions sur “Changement de marionnettiste”

  1. Merci pour ce nouvel article décapant et cette mise en perspective.
    J’aime beaucoup la phrase « Il lui suffira juste d’enlever un ou deux bâtons de Mikado pour que tout s’effondre. »
    Donc, à part Trump, Poutine et Q, les autres ‘marionettés » croient toujours suivre leur maître d’antan ?

    Bien à vous

    1. Bonjour Prakanva,
      La plupart des marionnettes ont été remplacées et alimentent la simulation en toute connaissance de cause. Tout est sous contrôle de la Prancandhasenamukha.
      Pour illustrer ceci, je vous invite à prendre connaissance de l’article à paraître cette semaine en lien avec Emmanuel MACRON.
      Bien à Vous.

  2. Pour moi le vieux monde est mort depuis que je suis né, parce que je n’ai jamais pu rentrer dans le moule. Il y a 6ans, je suis tombé par « hasard » sur la page Facebook des Tvish. J’ai vu alors en elles, l’espoir qu’un monde nouveau pouvait vraiment émergé. Nous avons conversé sur divers sujets que vous abordiez sur cette page et ce fut pour moi un grand plaisir. Je compris à cet instant que je n’étais plus « seul » même si ce mot en réalité ne m’a jamais fait peur. Je suis un électron libre de naissance, je suis passé par des moments difficiles soit, mais c’est le prix à payer quand vous n’acceptez pas le dictat. Préserver le soi est ma mission de vie. A 60ans, je suis près pour le changement de civilisation.

  3. Bonjour Eric,
    J’en suis sûr aussi comme Vous.
    Merci pour votre article. Il fallait oser dire les choses en face aux Gens un jour sans les offusquer. Une question de choix du bon moment, sans doute. 😉
    Bien à Nous Tous

  4. Combien d’entre nous sont nés pour tenir le phare durant cette époque. Il est merveilleux d’en être témoin sachant combien tout est orchestré au quart de tour. Juste une question de temps et d’endurance souple 🙂
    Merci aux Tvish de leur retour ! Vous êtes dans mon coeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut